Qu’est-ce qu’une ptôse mammaire ?

Les seins qui tombent (ou « ptôse mammaire » dans le jargon médical) est une particularité anatomique souvent mal tolérée par les femmes. En effet, le sein se vide de son contenu et l’enveloppe de peau s’affaisse pour donner l’aspect de seins vides et tombants que l’on connaît.
Les seins étant le symbole de la féminité, la « ptôse mammaire » est donc souvent perçue comme une absence de féminité à l’origine de complexes parfois très mal vécus. D’un point de vue chirurgical, la ptose mammaire est liée à une glande qui a perdu de son volume et une enveloppe de peau trop importante. La correction ne peut se faire qu’en remodelant la glande et en enlevant la peau en excès, d’où la présence inévitable de cicatrices.

Peut-on corriger une ptôse et augmenter le volume des seins ?

Le seul moyen d’augmenter la taille des seins lors du traitement d’une ptôse mammaire est d’y adjoindre des prothèses mammaires. Il faut en effet savoir que le fait de remonter les seins et donc de reconcentrer la glande fait perdre environ 20 % du volume des seins. Il se pose donc plus fréquemment que prévu la question de la mise en place d’un implants pour redonner du volume.

Est-ce qu’implanter des prothèses mammaires peut suffire pour corriger la ptôse ?

Les prothèses vont « remplir » le sein et donner un « effet lifting » du sein mais sans les remonter réellement. Le sein sera rempli donnant l’illusion que la ptôse est moins importante. Cette méthode peut donner d’excellents résultats dans les ptôses de moyenne importance en permettant d’éviter toute cicatrice importante. C’est donc une méthode très intéressante à proposer aux patientes refractaires aux cicatrices mais souhaitant un sein mieux rempli.

Quelles sont les cicatrices pour cette intervention ?

Il existe aujourd’hui 3 types de cicatrice possible pour une chirurgie de ptôse mammaire.

  • La cicatrice périaréolaire: Il s’agit d’une cicatrice qui circonscrit l’aréole.
  • La cicatrice verticale: Elle associe la cicatrice périaréolaire une cicatrice verticale qui descend jusqu’au sillon mammaire.
  • La cicatrice en ancre de marine: Elle associe la cicatrice périaréolaire et verticale une cicatrice horizontale cachée au niveau du sillon mammaire. La cicatrice périaréolaire n’est destinée qu’aux ptôses mammaires peu importantes. La cicatrice verticale est destinée aux ptôses mammaires moyennes. La cicatrice en ancre de marine est destinée aux ptôses mammaires importantes.

Est-ce que les cicatrices s’estompent avec le temps ?

Par définition des cicatrices ne disparaissent jamais mais elles vont s’atténuer fortement. Elles sont fines au début puis vont rougir et s’épaissir pendant un mois environ. A partir du 2ème mois, elles vont devenir plus fine et pâlir progressivement pour devenir claires après 6 mois à un an. Les cicatrices les plus « visibles » sont la périaréolaire et la verticale car la tension est la plus importante à ce niveau. La cicatrice horizontale de l’ancre de marine est la plus fine du fait du peu de tension à ce niveau.

QUELS SONT LES MODES D’ANESTHÉSIE ?

La chirurgie de la ptose mammaire est réalisée sous anesthésie générale. L’anesthésie locale n’est pas envisageable dans ce cas.

QUELS PEUVENT ÊTRE LES RISQUES OPÉRATOIRES LIÉS À UNE PTÔSE MAMMAIRE ?

  • Hématome: Il s’agit d’une collection de sang au niveau du sein qui survient en général dans les 24 heures suivant l’intervention. Cette complication peut imposer parfois une réintervention chirurgicale.
  • Infection: Elle survient en général à partir du 3ème jour, le sein devenant rouge et douloureux au niveau d’une cicatrice. Le traitement est le plus souvent local par des pansements qui vont déterger la plaie .
  • Défaut de cicatrisation au niveau de l’aréolé: Surtout lorsque les patientes fument ou dans les cas ou les seins sont très tombants. Avec la nécessité pour les fumeuses d’arrêter de fumer totalement trois semaines au moins avant l’intervention. En sachant que ces problèmes peuvent toujours être corrigés ultérieurement.

EST-CE QUE LA POITRINE RISQUE DE RETOMBER PAR LA SUITE ?

Toute la science du chirurgien consiste à corriger la ptôse mammaire afin que le résultat soit le plus durable possible dans le temps. On peut raisonnablement espérer un résultat satisfaisant pendant 10 ans. Cependant, l’intervention corrige mais ne solutionne pas le processus de chute de la glande mammaire et d’altération de la peau dans le temps. Le résultat n’est donc pas définitif et dépend également de la qualité de la peau de chaque patiente.

EXISTE-T-IL UN RETENTISSEMENT SUR LA SENSIBILITÉ DES SEINS ?

L’intervention peut avoir un retentissement sur la sensibilité du sein mais ce retentissement est le plus souvent transitoire. Une récupération de la sensibilité s’observe après quelques mois dans l’immense majorité des cas. Dans de très rares cas, la récupération peut être incomplète, voire totale exceptionnellement.

L’ALLAITEMENT EST-IL POSSIBLE APRÈS L’INTERVENTION ?

Tout dépend de l’importance de la ptôse. Si celle ci est importante, les possibilités d’allaitement seront compromises. Si la ptôse est modérée, les possibilités d’allaitement seront conservées. Ce n’est qu’à l’issue de l’examen clinique en consultation que je pourrais répondre à cette question. Il est cependant fortement conseillé d’attendre au minimum un an avant d’entreprendre une nouvelle grossesse afin que le résultat soit parfaitement stabilisé.